Votre enfant est équipé d’un ordinateur et vous cherchez des solutions pour alléger son sac ? Vous n’êtes pas seule ! Comme vous, dès la rentrée au collège de mon fils multidys, j’ai constaté avec effroi, qu’il arrivait à peine à soulever son cartable. J’ai donc cherché à remédier à la situation. Voici ce que j’ai découvert pour alléger le sac de mon enfant équipé d’un ordinateur.

Le piège à éviter lorsqu’on veut alléger le sac de son enfant au moment du choix de celui-ci :

Vous savez sans doute, alors même que le poids du cartable est reconnu depuis 2008 comme un problème de santé publique, pour tous les enfants, que c’est encore pire pour certains élèves en situations de handicap. En effet, l’ordinateur, outil compensateur souvent indispensable à ceux porteurs d’un trouble dys, vient encore rajouter un peu plus de poids au sac déjà très lourd.

Pourtant, en tant que parent d’enfant dans cette situation, j’étais au début, pleine d’enthousiasme à l’idée que mon fils puisse emmener son PC à l’école. Cette « béquille » aller lui enlever une surcharge cognitive et lui faciliter ses apprentissages. Aussi, le PC devait devenir son cartable, qui contiendrait ses cours, exercices et autres manuels.

Seulement voilà, je me suis vite rendu compte qu’avant d’en arriver là, il faudrait passer par une longue phase d’adaptation. Et que mon écolier maintenant devenu collégien, aller devoir continuer de prendre tous son matériel scolaire, l’ordinateur en plus !

Alors, quel cartable choisir ? Et quel est le piège N°1 à éviter lorsqu’on choisi un sac à dos pour un enfant équipé d’un ordinateur ?

Je ne vais pas vous faire languir plus longtemps. Le piège N°1 est de choisir un sac à dos non adapté à la morphologie de son enfant. C’est une erreur classique ! Et c’est complétement normale puisque la plupart des sacs prévus pour transporter un ordinateur sont conçus pour les adultes.

Alors comment bien choisir le sac d’école de son enfant pour transporter son pc ?

Dans un premier temps, attention à la taille du sac et à son poids. Je sais que l’on veut tous que le sac ai beaucoup de poches, pour que notre enfant puisse s’organiser facilement. Et c’est une bonne chose ! Mais attention à sa taille et à son poids. Il est évident qu’il est nécessaire que l’ordinateur, les cahiers plus les livres puissent rentrer. Problème, plus le sac est grand, plus l’enfant veut le remplir. Résultat, le sac pèse 10 kg ! Alors même que les professionnels de santé recommandent une charge maximum de 10 % du poids de l’enfant sur leur dos. Pour vous faire une idée, pour un enfant qui pèse 40 kg, vous multipliez par 0,10, vous obtenez un cartable qui ne doit pas dépasser 4 kg.

Aussi, pour vous aider à choisir, en premier lieu, regardez la taille du sac sur votre enfant. Si le sac dépasse en largeur ses épaules et le bas de sa ceinture, pour la longueur, alors il est trop grand. Le second critère est son poids à vide. 1,5 kg parait être le maximum. Ensuite, il faut veiller à ce que le sac soit confortable pour le dos. C’est à dire, ci-possible rembourré au niveau des brides et des points d’appuis dorsaux. Et enfin, assurez vous qu’il soit doté d’un renfort dans le fond, pour préserver le PC des chocs.

Une fois le sac choisi, vous aller maintenant découvrir que d’autres solutions existes pour alléger le poids du sac de nos enfants. Et particulièrement ceux en situation de handicap. Comment ? lisez la suite. 😉

Comment se débarrasser des livres pour alléger le sac de mon enfant ?

Quand j’ai commencé à vouloir chercher des solutions pour diminuer la surcharge du sac d’école de mon fils, je me suis demandée qu’est-ce qui l’alourdissez le plus. Évidemment, et c’est un secret pour personne, en premier ce sont les manuels scolaires.

Demander un double jeu de livres

J’ai alors demander au collège, au nom du PPS de mon fils, qu’il puisse bénéficier d’un double jeu de livres, 5 livres qui resteraient à l’école et 5 autres à notre domicile. Ainsi j’éliminé le transport, tout du moins, de l’école à la maison et inversement. Le collège possède des casiers, un casier pour deux enfants équipés de cadenas à codes. Très bien ! Sauf que lorsque l’on a eu le double jeu, mon fils s’est mis à ramener les livres à la maison. Touuuus les livres ! 😲

Bien sûr, je lui avait expliqué qu’il fallait qu’il s’organise. Sa mission était, lorsqu’il arrivait au collège le matin, de prendre les livres dont il avait besoin pour la matinée et les redéposer dans le casier à midi pour prendre ceux de l’après midi. Et pour finir, en fin de journée, les redéposer, ENCORE, dans le casier.

Vous vous en doutez peut-être, mais on s’est vite rendu compte que le double jeu était une mauvaise solution. En tous cas, une solution qui ne peut pas convenir à un enfant qui a des troubles de l’attention, qui entraine des difficultés d’organisation doublé d’une dyspraxie qui engendre une lenteur d’exécution et une surcharge cognitive. C’est donner une charge mentale supplémentaire à un enfant chez qui ont cherche justement à la diminuer. J’ai su plus tard, que mon fils avait peur d’arriver en retard à la cantine, au cours et de louper le bus le soir.

Les autres solutions

J’ai alors pensé à son AESH, qui pouvait éventuellement l’aider dans la tâche. Impossible, elle n’est pas tout le temps disponible. Son enseignante principale m’a suggéré qu’il s’arrange avec un camarade de classe pour prendre un livre pour deux. Ce qui ne me semble pas tellement viable non plus. Si l’un des deux oubli le livre, c’est fichu. Aussi, pour certain cours comme le Français, où il ne change pas de salle, il a la possibilité de laisser son livre dans un casier. Et là, j’avoue, c’est parfait. Et ce serait une solution également idéale pour les autres élèves.

Actualité sur le sujet

D’ailleurs, pour ouvrir une parenthèse d’actualité, la FCPE, association et première fédération de parents d’élèves en France réclame une loi, qui obligerait l’éducation nationale à prendre en compte, entre autre, le poids des sacs . Ce qu’ils demandent, plus généralement, c’est, je cite : «…aboutir à un code protecteur pour les enfants et les adolescents au même titre que le code du travail pour les salariés». Affaire à suivre…

Parenthèse refermée, la solution qui me semble idéale, au moment où j’écris ces lignes et puisque nos enfants ont la chance de posséder un ordinateur en classe, est qu’ils puissent accéder aux manuels depuis leur PC.

Comment avoir accès à ses manuels scolaires sur son ordinateur ?

Le bénéfice est double puisque l’enfant, suivant le type de difficulté qu’il rencontre va pouvoir avoir également des adaptations de ces mêmes manuels. Le site enfant-different.org à d’ailleurs écrit un article à ce sujet. Il détaille entre autre la procédure pour obtenir les manuels numériques par l’établissement scolaire, le SESSAD, l’enseignant spécialisé du dispositif ULIS ou l’enseignant référant handicap. Ceci dit, une solution qui me paraît beaucoup plus simple en terme de démarche et beaucoup plus rapide de ce fait, est rendu possible grâce à l’association BOOKIN.LU.

Bookin.lu, la solution idéale ?

Bookin.lu est une association crée en décembre 2017 et qui a reçu du ministère de la culture et du secrétariat d’état auprès des personnes en situations de handicap, l’agrément exception handicap aux droits d’auteurs. Cet agrément lui donne la possibilité de donner gratuitement à ses adhérants tous les ouvrages littéraires demandés à l’école et même des partitions musicales et des quotidiens.

Pour une adhésion de 20 euros à l’année, et après votre demande via un formulaire sur leur site internet, ils sollicitent la Bibliothèque Nationale de France, qui centralise tous les livres numériques de moins de 10 ans. Lorsqu’ils reçoivent ses livres, ils adaptent les textes pour qu’ils soient accessibles par les différents logiciels de compensations. Ensuite, les manuels dont à besoin votre enfant vous sont envoyés au format PDF. Vous pouvez au besoin, également demander pour lui, des livres de littérature. Les conditions sont simplement les suivantes :

Et c’est tout ! Alors à la question, Bookin.lu est-elle la solution idéale ? Ma réponse est bien sûr que OUI.

Si vous souhaitez avoir plus de renseignement sur leur fonctionnement, vous pouvez aller voir cette courte vidéo réalisé par l’association.

Maintenant que nous nous sommes débarrassez des livres, voyons comment se débarrasser des cahiers. Car ce sont bien eux, les seconds coupables dans le poids du sac de nos enfants. 😉

Comment se débarrasser des cahiers pour alléger le sac de mon enfant ?

Ma solution est le trieur de document.

Je le préfère comme celui-ci. C’est à dire sous forme d’une pochette horizontale avec une attache bouton et élastique sur le devant. Elle est plus facile d’accès, plus facile d’utilisation et plus pratique à manipuler, ouvrir et fermer pour un enfant dyspraxique.

Comment votre enfant peut l’utiliser au quotidien ?

Dans un premier temps, je pense qu’il est bien d’en informer les enseignants, tout du moins l’enseignant principale qui peut ensuite faire le lien avec les autres professeurs.

Votre enfant transporte dans son trieur :

Au final…

Vous voyez qu’il est possible d’alléger le sac de son enfant équipé, qui plus ai, d’un ordinateur en :

Il restera alors à rajouter dans le cartable, simplement la trousse, une règle, son matériel de géométrie, s’il n’utilise pas encore Géogébra, ses feutres et crayons de couleurs pour les jours d’arts plastiques et son agenda, s’il n’utilise pas le numérique.

Ces solutions sont rendues possibles aussi grâce au PPS qui permettent de mettre en place toutes ses adaptations de façon plus fluide et « acceptable » auprès du corps enseignant. Si vous avez le sentiment que votre enfant aurait besoin de bénéficier du PPS, alors il ne faut pas hésiter à constituer un dossier MDPH. Vous en verrez ensuite les bénéfices sur la scolarité et le bien être de votre enfant.

Et vous, quelles solutions avez vous mis en place pour alléger le poids du sac de votre enfant ? Je serais heureuse d’avoir également vos retours sur le sujet dans les commentaires. Merci beaucoup. 💖

Aussi, si vous avez aimé cet article, et/ou que vous pensez qu’il pourrait aider d’autre parents et enfants, alors partagez le sur les réseaux sociaux ou autour de vous.

ton image
Partager l'article
 
 
  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.